Société

Permanence de l’Aïd, les commerçants passent outre les instructions du ministère du commerce

Permanence de l’Aïd, les commerçants passent outre les instructions du ministère du commerce

Les commerçants se rebellent contre les instructions du ministère du commerce quant à la permanence qu’ils doivent assurer durant les deux journées de la fête de l’Aïd.

En effet, sur presque 03 millions de boutiquiers au niveau national, 63 999 ont été réquisitionnés pour assurer une permanence afin que les citoyens ne soient pas pénalisés en matière d’achat durant les journées de dimanche et lundi.

Toutefois, les marchands ont préféré fermer boutique et vaquer à leurs occupations plutôt que d’obéir à un ordre arbitraire venu d’en haut. Et pour cause, la liste conçue par les services du ministère du commerce n’a fait l’objet d’aucune concertation ni accord avec les premiers concernés : les commerçants. D’ailleurs, leur syndicat l’UGCAA (Union Générale des Commerçants et Artisans Algériens)  a reproché au ministère d’avoir fait cavalier seul et « décidé sans concertation avec nous (l’UGCAA) de la liste des détaillants qui doivent ouvrir les journées de l’Aïd » a déclaré un responsable du dit-syndicat.

Cela a fait qu’à cause de vieux reflexes et pratiques révolues des responsables qui décident à la place des concernés et dans certains cas, à la place du peuple, les citoyens sont sanctionnés et les commerçants pénalisés ; « poursuivis en justice » d’après  un responsable du ministère du commerce.

Les citoyens algériens qui ont l’habitude de menaces qui ne sont suivis d’aucun effet, mis à part celui de l’annonce, savent à quoi s‘en tenir.

Les commerçants qui ont baissé rideau les 11 et 12 juin courant l’ont fait en connaissance de cause au risque de se voir illégalement verbalisés. C’est leur façon à eux de soutenir le mouvement du 22 février. N’est-ce-pas déjà la désobéissance civile qui commence ou plutôt qui continue ?

                                                                                                          Salim Laamara  

Related posts
Société

On n’éduque pas ses enfants avec des claques, mais avec de la tendresse

Société

Algérie/ Victime de diffamation, l'écrivain Kamel Daoud réagit

Société

Iran/ Le mouvement des femmes qui retirent leur voile s'amplifie

PolitiqueSociété

Algérie/ Les Syndicats autonomes décrètent une grève générale le 29 octobre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *