PolitiqueTazzuri en Français

LETTRE DE LA SOUMAM

LETTRE DE LA SOUMAM

Par Saleh Brahimi, bâtonnier de Tizi-ouzou.

Nos aînés ont tracé la feuille de route pour une Algérie républicaine le 20 Août 1956 et nous ont laissé leur testament pour une République démocratique où le civil prime sur le militaire, où la justice sociale règne et où la citoyenneté est reconnue.

Nous sommes autant patriotiques que nos aînés et dans ce sens, il est de notre devoir de pérenniser leur combat car nous sommes interpellés au plus profond de nous-mêmes.

La notion d’état a déjà été mise à rude épreuve les années 90 quand les tenants de l’obscurantisme ont essayé d’imposer un état théocratique, mais grâce aux sacrifices d’un peuple digne la manœuvre fût déjouée.

Au lieu de panser les blessures et prendre sérieusement en charge les doléances citoyennes, la majorité de nos responsables se sont adonnés à une course effrénée dans la corruption, le détournement et la dilapidation des biens publics et privés.

Le printemps noir qu’a connu la Kabylie en 2001 est venu une énième fois comme un autre avertissement au régime de l’époque pour tirer la sonnette d’alarme afin de se reprendre et ne plus persévérer dans la fatalité.

Malgré les 128 martyrs et les milliers de blessés, les gouvernements qui se sont succédés n’ont pas analysé sérieusement la situation et n’ont tiré aucune leçon.

18 ans après, le marasme a atteint ses limites et le Peuple Algérien s’est soulevé comme un seul Homme pour réclamer JUSTICE.

Oui, réclamer la Dignité en demandant le changement du système et le départ de tous ceux qui sont responsables de la banqueroute qu’a connu le pays à tous les niveaux.

Réclamer un changement ne veut pas dire changer les personnes et garder les mêmes pratiques et les mêmes procédés, mais un refondement dans les institutions et les comportements et répondre de ses actes devant une justice indépendante et libre de toute injonction.

Cependant, on veut nous mener en bateau par un panel qui n’a pour mission que l’organisation de l’élection présidentielle, comme si le problème n’en résidait qu’à ce sujet alors que le peuple revendique un réel changement. D’ailleurs les soi-disant personnalités invitées laissent en l’occurrence percevoir dès à présent sur le résultat souhaité.

Comment croire à une bonne volonté lorsqu’une jeune fille élue et des dizaines de citoyens sont arrêtés et jetés en prison en détention provisoire pour avoir brandi l’emblème Amazigh ? Et quelle crédibilité accordée à ce panel qui fait appel à une personne qui a traité ces détenus d’opinions de simples voyous ?

Comment y croire lorsque le commandant Lakhdar BOUREGAA qui a donné de son sang pour libérer le pays se trouve en prison pour des propos qui ne visent en aucun cas à déstabiliser les troupes et le moral des militaires ?

Ceux qui s’opposent au changement ne sont que ceux qui ont peur de répondre devant une justice sereine et qui veulent continuer dans le flou, gagner du temps et faire disparaître les traces de leur culpabilité.

Je m’incline devant la mémoire des martyrs de la Révolution, des martyrs de la Démocratie et des martyrs du printemps Noir.

La Révolution du sourire est une réalité, elle prend de l’ampleur et elle est salvatrice pour l’Algérie.

تحيا الجزائر حرة وديمقراطية وموحدة

يحيا الشعب الجزائري بكل مكوناته العريقة.

 

_____________________________________________________________________________________________________________

Suivez Tazzuri sur FacebookInstagram et sur Twitter

Et n’hésitez pas d’interagir avec nous, en nous laissant des jaimes et des commentaires 

N’oubliez pas de partager avec vos amis 

_____________________________________________________________________________________________________________
Vous aussi, vous pouvez participer en envoyant vos contributions à notre messagerie : https://tazzuri.net/contactez-nous/

Ou à notre boîte email : tazzuri.c ontact@gmail.com

 

Related posts
Politique

Algérie/ La résolution du Parlement Européen marque « la fin du silence complice ».

Politique

Algérie/ L’ARMEE NE TIRERA PAS : l’aveu

Politique

Algérie/ Un fruit de l’histoire

Politique

Algérie/ treize détenus libérés par le tribunal de Bab EL Oued

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Worth reading...
Le 22 février : Quelle révolution pour quel État ?