CultureLittérature

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi

Le roman d’une révolte

« Les petits de Décembre » est le quatrième roman de Kaouther Adimi. Sorti le 10 septembre en Algérie aux éditions Barzakh, le texte cristallise les tensions et concentre les questions de générations, de liberté et même d’espace (public) autour d’un terrain vague.

 

Par Sara Kharfi.

L’histoire du roman de Kaouther Adimi, « Les petits de Décembre », se déroule en février 2016, à Alger, précisément à la Cité du 11-Décembre de Dely-Brahim où un terrain vague devient le centre de toutes les tensions. Cet espace, les jeunes du quartier en ont fait leur terrain de foot et leur espace de liberté. Mais tout bascule lorsque deux généraux, Saïd et Athmane, arrivent avec des plans de construction affirmant que le terrain leur appartient.  Ils veulent y construire leurs villas et profiter de leur retraite. Mais les jeunes du quartier, soutenus par Adila, ancienne moudjahida, ne se laissent pas faire ! A la suite d’un violent affrontement, les généraux quittent les lieux mais n’abandonnent pas « leur » terrain ; ils cherchent plutôt le moyen de punir les jeunes –, d’intimider leurs familles et d’attendre que les esprits s’apaisent. Ainsi, un « bras de fer » s’installe et « culminera dans la révolte dite ‘des petits de Décembre’ », avec à sa tête Inès, Jamyl et Mahdi, des « pré-adolescents intrépides », qui font face au pouvoir de Saïd et Athmane (manigances, chantages, manipulation) et aux lâchetés des adultes du voisinage. Ils décident de reprendre ce qui leur appartient. Cette révolte révélera les peurs et les échecs des adultes, mais aussi le courage, le ras-le-bol et l’exaspération des très jeunes, qui voient en leur terrain de foot, le « territoire de leur liberté », leur bien commun le plus précieux. Dans leur combat/quête, les « petits de Décembre » susciteront l’admiration et la sympathie chez certains, la méfiance chez d’autres. Ils réveilleront de vieilles blessures et exposeront, au grand jour (indirectement bien évidemment), les renonciations de leurs parents et grands-parents qui vivent dans une sorte d’entre-deux, où se mêlent crainte, attente et révolte intérieure contre soi-même en premier lieu.

Le roman de Kaouther Adimi éclaire sur les mécanismes d’une révolte : sa naissance, sa structuration et ses transformations, le sentiment d’injustice étant son déclencheur, mais également sur tous les moyens mis en place pour l’étouffer, la réprimer. Il renvoie également à notre héritage complexe (aux traumatismes et meurtrissures de la décennie 90’) et nous plonge dans un présent gangréné par la corruption et les passe-droits. Grâce à la révolte des « petits de Décembre », nous assistons, lecteurs, à l’effondrement d’un monde et à une confrontation entre les générations : celle qui a combattu pour l’indépendance et qui montre de la bienveillance envers les petits ; celle née pendant ou après la guerre qui cherche sa place ou attend sa chance ; et enfin, une jeune génération (moins de 20 ans) qui exprime son ras-le-bol à la fois de l’injustice et du silence complice des plus âgés.

Si le roman s’étale un peu sur l’histoire contemporaine de l’Algérie, ce qui sert le thème du livre, mais désavantage quelque peu le rythme, il n’en demeure pas moins que l’histoire d’Inès, Jamyl et Mahdi (et de leurs amis) soit captivante, présentant ainsi des personnages lumineux : innocent, révolutionnaire, assoiffés de justice, de liberté et de vie.

  • Les petits de Décembre de Kaouther Adimi. Roman, 252 pages. éditions Barzakh, Alger, septembre 2019. Prix : 800 DA. Illustration de couverture : Sofiane Bakouri.
  • Ce roman, paru en France le 14 août aux éditions du Seuil, est sélectionné dans la première liste du Renaudot 2019 et fait partie des finalistes du Prix de la littérature arabe décerné par l’Institut du monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère.

_____________________________________________________________________________________________________________

Suivez Tazzuri sur FacebookInstagram et sur Twitter

Et n’hésitez pas d’interagir avec nous, en nous laissant des jaimes et des commentaires 

N’oubliez pas de partager avec vos amis 

_____________________________________________________________________________________________________________
Vous aussi, vous pouvez participer en envoyant vos contributions à notre messagerie : https://tazzuri.net/contactez-nous/

Ou à notre boîte email : tazzuri.contact@gmail.com

Related posts
CulturePolitique

La "berbérité" des Etats du Maghreb, la plus longue guerre froide de l'Histoire

Littérature

Poésie/ Au village

Littérature

LECTURE/ Prochainement en LIBRAIRIE

Littérature

Quelle est l'origine de l’expression «semer la zizanie» ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Worth reading...
SAID SADI : « PRÉSIDENTIELLES, honneur là-bas, déshonneur ici. »