Politique

Algérie/ Gaid-Salah confortables ténèbres et fuite vers le bas.

Gaid-Salah confortables ténèbres et fuite vers le bas.

On assiste aujourd’hui à un concert de dénonciations des séquelles népotiques, tribales et prédatrices de Bouteflika et de son clan ; on serait cependant bien en peine d’entendre la moindre liaison entre ce triste bilan et l’organe qui a décidé du recyclage d’un homme sorti de la vie publique par la petite porte de la Cour des comptes et dont personne n’entendait plus parler pendant 20 ans. Le concerné lui-même, après avoir manqué un premier repêchage en 1994, s’était résigné au sort de monarque déchu, se contentant de monnayer sa nostalgie tiers-mondiste dans les pays du Golfe.

En aparté, tout le monde convient que sans les services spéciaux et l’état-major de l’armée, Bouteflika ne serait jamais revenu aux affaires, qu’il n’aurait pas fait ses quatre mandats, et tenté un cinquième Pour évidente que soit cette relation entre les choix réitérés du DRS, de Gaid-Salah et les vingt ans de gabegie du chef de l’Etat et de sa hachia, la cécité politique et le conformisme la voile toujours.

Le déluge qui s’abat actuellement sur Bouteflika et de sa “3issaba” a quelque chose d’obscène. D’une part, il est souvent le fait de ceux-là même qui lui ont tressé des lauriers y compris dans ses pires égarements ; d’autre part, il nie la responsabilité de l’armée qui organise et reproduit un mode de cooptation et de maintien au pouvoir à l’origine du drame et de la lente et inexorable descente aux enfers de l’Algérie.

Quel Algérien peut admettre que le’état-major de l’ANP n’était pas, dès le départ, au fait des malversations ayant conduit à l’hémorragie qui a saigné Sonatrach ? Qui peut croire que des ministres, notoirement corrompus, pouvaient être intégrés dans les gouvernements si l’armée n’avait ordonné leur rappel ou, du moins, couvert leurs forfaits ? Qui peut se laisser convaincre que la seule autorité de Said Bouteflika suffit à imposer des chaînes de télévision pirates et des dizaines de titres de la presse écrite qui bénéficient d’une manne publicitaire inversement proportionnelle à leurs ventes ?  Plus près de nous, comment imaginer que l’hypothèse de la propulsion des “canulars” Secrétaires généraux à la tête du FLN puisse se concevoir si l’ex DRS et l’armée n’avait pas mis sous le scellés les dossiers, tous plus sulfureux les uns que les autres, qu’ils traînent depuis des années ? Comment ne pas établir un lien manifeste entre les piques adressées au RCD après qu’il eut associé la revendication de changement de système et la mise au musée du sigle FLN à l’exigence de voir l’ANP reprendre ses attributs constitutionnels et cesser de faire dans la politique de bazar ?

Quelques repères suffisent à mettre en évidence l’ampleur du trou noir vers lequel Gaid-Slah pousse la collectivité nationale. Difficile d’augmenter devant cet autoritarisme dans un pays déjà malade des effets directs ou indirects de l’embolie générée par les projections pléthoriques du pouvoir occulte.

La dégradation sociale empire à cause de cette langue militaro-policière contre-productive et budgétivore. Des sources fiables estiment qu’à moyen terme, et si la situation ne dégénère pas avant, il y aura plus de dix millions de chômeurs chez nous ! Autant dire que notre société est déjà une bombe à retardement.

Sur la scène internationale, Alger, faute de s’être donné une place et des perspectives cohérentes et avouables, en est réduite à jouer les rôles « d’indicateur ou au mieux de gendarme » de l’Occident et des émirats dans la région.

On a vu plus d’une fois dans l’histoire récente des piliers de système despotique, organiser des sorties par le haut à des ordres politiques dont ils sont les premiers à constater les limites et connaître les périls.

 

Y a-t-il un Abane ou un BenMhidi dans l’état-major pour sauver ce qui peut l’être encore ?

Mustapha Kassi

_____________________________________________________________________________________________________________

Suivez Tazzuri sur FacebookInstagram et sur Twitter

Et n’hésitez pas d’interagir avec nous, en nous laissant des jaimes et des commentaires 

N’oubliez pas de partager avec vos amis 

_____________________________________________________________________________________________________________
Vous aussi, vous pouvez participer en envoyant vos contributions à notre messagerie : https://tazzuri.net/contactez-nous/

Ou à notre boîte email : tazzuri.contact@gmail.com

Related posts
Politique

Algérie/ L’enjeu du douze-douze

Politique

Algérie/ Belcourt, un 11 décembre, 60 ans avant Gaïd Salah

Politique

Algérie/ RÉVOLUTION : L’ÉPREUVE DE VÉRITÉ.

Politique

🔴Sondage : Algériennes, Algériens ! Etes-vous en gréve ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *