Politique

Algérie/ Dr. SADI : « Une paresse intellectuelle qui conduit à l’incapacité de nuancer, différencier, gérer les complexités… »

SAID SADI : "POUR L'HISTOIRE"

Dans sa dernière contribution publiée ce jeudi 24 décembre sur sa page Facebook. Dr. SADI a été contraint de répondre aux accusations de Ferhat Mehenni à propos de la gestion du boycott scolaire en 1994/95 et le sujet sensible du maraboutisme en Kabylie. Il a retracé les faits minutieusement en citant des témoins pour étayer sa version afin de « ne pas laisser passer l’injure commise au nom de l’Histoire ».

 

Dr. SADI a hésité longuement avant de répondre à son ancien compagnon de lutte en l’occurrence Ferhat Mehheni afin de lui répondre pour donner suite à ses déclarations sur Taqbaylit tv, un média des indépendantistes, en évoquant deux questions sensibles : le boycott scolaire et le maraboutisme en Kabylie. Said SADI n’a pas souhaité entrer dans cette polémique, mais beaucoup de citoyens l’ont convaincu en vue de rétablir des vérités historiques en citant des témoins et des faits vérifiables. Et afin d’éviter aussi des « récits frelatés » propres au FLN- parti unique qui a transformé Abane en traitre et Boumediène en héros sans que ce dernier ne tire une seule balle contre les soldats français.

Dr. SADI a exprimé sa grande déception en croyant que les militants des années 80 sont épargnés de cette maladie et ne pourraient pas « commettre ce genre de sacrilège » et se la lancer dans l’aventure de « la réécriture de l’Histoire pour sa personne ». Et il ajoute : « La régression générale ne nous a pas épargnés puisque l’outrage vient de nous atteindre ».

« Ferhat s’est laissé aller verbalement ou par écrit à pas moins de dix-huit attaques contre moi. À ce jour, je me suis interdit de réagir », écrit-il dans sa réponse. Et il affirme témoigner sa « solidarité asymétrique » avec Ferhat Mehheni.

Concernant le boycott scolaire illimité en Kabylie en 1994 /95, Said SADI n’a appris cette action de grande envergure qu’en lisant le journal d’El Watan à Paris en compagnie de Rafik Hassani alors qu’ils revenaient de Grèce après avoir participés au congrès du PASOK. Ce qui exclut la véracité des propos avancés par Ferhat Mehenni, écrit Dr. Said SADI.

À propos de la position du FFS vis-à-vis du boycott, Dr. SADI a apporté une contrevérité historique en consultant juste les déclarations politiques de ce parti pour s’en rendre compte : « Enfin, l’affabulation domine toujours quand Ferhat Mehenni allègue que le FFS a soutenu le boycott. Il suffit de reprendre les déclarations de ce parti pour constater l’inverse. A longueur d’année, le FFS avait dénoncé l’action pour des questions tactiques relevant de la compétition politique mais aussi pour des raisons liées à la pertinence de la décision ».

L’autre problématique qui exige un traitement lucide et un sens de responsabilité, Said SADI écrit à propos du maraboutisme en Kabylie : « Le maraboutisme fait partie de l’histoire de la Kabylie. En tant que tel, nous devons l’assumer avec lucidité et responsabilité. Je m’honore d’avoir dirigé un parti où cette appartenance ne fut ni un paramètre de valorisation ni de marginalisation ; ce qui n’empêchait pas d’en parler de façon apaisée, saine et adulte ».

Pour Dr. SADI, la paresse intellectuelle pourrait rendre une personne aveugle et écrire des bêtises sans discernement en faisant des généralisations insensées : « En matière de sociologie politique, la pire des choses est la généralisation ; une paresse intellectuelle qui conduit à l’incapacité de nuancer, différencier, gérer les complexités… ».

En écrivant ses mémoires, Dr. SADI a le « souci de la rigueur et de la fidélité«  afin de respecter « le serment ».

Pour Said SADI, aucune question n’est taboue, tout est soumis au débat : « la démocratie, Tamazight, le maraboutisme, le statut de la Kabylie ». À condition de les aborder avec « l’intelligence de la responsabilité ».

Ce qui a intrigué Dr. SADI, ce sont les attaques de Ferhat Mehenni qui coïncident avec les tirs croisés venant de l’alliance islamo-militaire qui visaient Said SADI : « C’est au moment où je suis l’objet d’un feu croisé venant de responsables islamistes et de militaires que Ferhat Mehenni décide de se lancer dans l’invective et l’affabulation, engageant ainsi la pire des batailles : la manipulation de l’Histoire ».

Dr. SADI termine sa réponse par rappeler à son ancien compagnon de lutte notamment pendant la clandestinité que « la fidélité et la modestie sont les qualités qui nous ont permis d’accéder à la plus haute des récompenses : le respect des nôtres ». avant d’ajouter : « A aucune situation, aucune période de l’Histoire, la fuite en avant n’a été une solution. Il n’y a d’impasse que celle dont on ne veut pas sortir ».

Il y a eu lieu de rappeler que Ferhat Mehenni a reconnu publiquement à Montréal que c’est grâce au Dr. SADI qui s’est forgé sur le terrain politique.

                                                                                                Kamel AMARI

Related posts
Politique

Algérie/ Contribution : L’A.N.P ce parti politique

Politique

Contribution : Les Nations face aux oligarques

PolitiqueWeb TV

Rediffusion/ Emission-Digitale sur actualités politiques

Politique

Algérie/ Contribution : La faute à Camus l’algérien et à Marx l’étranger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Worth reading...
Algérie/ Dr. SADI : « La question palestinienne sert d’alibi pour camoufler les échecs ou tensions internes »