Politique

Algérie/ Dr. SADI : « Ce sera le chaos ou la transition »

Algérie/ Dr. SADI : « Ce sera le chaos ou la transition »

Au lendemain de l’organisation du simulacre de référendum boudé par le peuple algérien et rejeté en Kabylie, Dr. SADI, dans un texte laconique, intitulé « Dos au mur », a mis en exergue une situation explosive du pays et préconise une phase de transition en vue d’éviter l’effondrement des institutions de l’État : « Le régime est dans l’impasse. Ce sera le chaos ou la transition ».

Évoquant aussi la question des ressources humaines qu’il considère « stérilisées par l’école, le népotisme et l’exil ». En plus de la corruption et de « la rapine institutionalisée » bien planifiée par les tenants du pouvoir. Des sommes faramineuses sont parties en fumées qui représentent trois fois le coût du plan Marshal qui a permis la reconstruction de toute l’Europe occidentale juste après la seconde guerre mondiale.

Toutefois, concernant la phase de transition, l’auteur de « Algérie, l’échec recommencé ? » avertit aussi sur les manipulations et dévoiements en matière de « concepts et solutions nées des luttes opiniâtres des patriotes ». Il a cité à titre d’exemple la pseudo ouverture démocratique qui avait suivi les événements d’octobre 1988.

Dr. SADI termine son texte sur la Kabylie en évoquant sa « radicalité » et le « courage avec lesquels doit être appréhendée la séquence décisive que vit la Nation ». Et de conclure sa contribution en souhaitant que son message voire son cri soit entendu pour entamer la transition démocratique en consacrant des principes démocratiques en amont de toute compétition électorale ou rédaction de la loi suprême du pays.

L’armée serait-elle à la hauteur des enjeux de l’heure en vue d’éviter de sombrer dans un tunnel sans issues ? Avons-nous encore des Hommes d’État au sein de ce régime qui prendraient des décisions historiques en imposant une transition démocratique pour enterrer une gouvernance autoritaire ?

Une opportunité historique pour mettre le pays sur rails. Va t-elle être saisie ou continuerions-nous dans la politique de replâtrage voire de bricolage entamée depuis 1962 ?

 

                                                                                                                                      Kamel Amari

 

Related posts
Politique

Contribution : Quand l’abus de répression engendre l’immixtion extérieure !

Politique

Proche-Orient/ Revirement: L’Autorité palestinienne annonce la reprise de la coordination avec Israël

Politique

USA/ Joe Biden élu président des États-Unis selon les médias américains

Politique

Algérie/ Contribution : La principale décantation politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *