Politique

Algérie/ Contribution : Votre démocratie n’est pas la nôtre

Contribution : Votre démocratie n'est pas la nôtre

Les islamistes ne se sont opposés aux régimes des républiques nouvellement indépendants  qu’au lendemain de l’annonce du programme des directions politiques qui comportaient les nationalisations dont la réforme agraire. Leur violence, dirigée contre le peuple qui ne les suivait pas avait atteint le summum de l’horreur dans les années 90 avec les G.I.A, l’ A.I.S, le F.I.D.A… du F.I.S et dépassait l’entendement. Elle rappelait à la fois l’acte colonial et le fascisme. Les islamistes livraient la guerre principalement  à tous ce que la réforme agraire  charriait. Les peuples l’avaient imprégnée au Mouvement de libération.

La difficulté des mouvements citoyens de ces dernières décennies  dans  les différents pays  prend racine dans cet antagonisme que l’idéologie dominante s’est donnée  comme tâche d’estomper, particulièrement aux yeux de la jeunesse. Cette idéologie atteint le summum comme son aile armée le G.I.A puisqu’elle arrive à berner de hauts responsables politiques des plus aguerries à l’image de Sadek Hadjeres ! Ces démocrates estompent plus que l’idéologie dominante  l’image de la Réaction.

L’opposition entre l’islamisme et la laïcité n’est que la moitié de la vérité, qui cache forcément l’autre moitié, à dessein. Effectivement il est aberrant de parler de démocratie tout en parlant de religion et particulièrement de la loi divine (chariaa). La loi divine est incompatible avec la politique d’aujourd’hui. La séparation du religieux de la sphère publique est nécessaire condition. Si les Etats une fois indépendants n’avaient pas à leur programme la défense de leur peuple, la terre à ceux qui la travaillent, la gratuité de l’enseignement, des soins … il n’y aurait jamais eu la politisation de la religion. Celle-ci serait restée dans la sphère privée, sa véritable place,  comme elle l’a été tout le long de la colonisation par exemple, puisque même la colonisation, nous préfère musulman. Ne nous a-t-elle pas élevé du statut,  d’indigène au statut de« Français-musulman » après la 2e guerre mondiale !  Ben Badis n’aurait-il pas été comblé s’il y avait vécus ?

Si la religion vient au secourt du pauvre pour le consoler, l’islam politique quant à lui sert à couvrir les injustices des puissants.  L’exemple n’est-il pas dans ces chefs islamistes qui se sont enrichis dans la décennie où ils semaient la terreur  pendant que leurs acolytes s’appropriaient des biens  d’autrui  pour une bouchée de pain. Et cette pratique s’est incrustée dans le milieu de l’Etat jusqu’à sa privatisation par des aventuriers qui ont en commun cette religiosité qu’ils affichent à tout bout de champ  jusqu’à l’obséquiosité, qui nous est servie à voir et à entendre dans la radio et la TV, partout de la part des officiels et dans tous leurs programmes!  Il est utile de rappeler ces images qui montrent les mêmes personnages  entrain de prier dans la mosquée et quelques temps après les voir en prison.

L’idéologie dominante nie l’antagonisme  de classe pour  ramollir la conscience et de « nous sommes tous frères » on est passé à « Gaâ lil gaâ » (tous au puits). L’idée est de semer la confusion entre la victime et le coupable, entre la démocratie bourgeoise et la démocratie populaire et taire l’antagonisme jusqu’au jour où les assassins domineront la rue et feront  obligatoirement sortir l’armée ou s’approprieront l’Etat.

Les jeunes républiques  ont toujours été  entre l’enclume et le marteau. La fonction principale de l’idéologie est d’entretenir la confusion, faire croire que le problème est la solution. Pour les islamistes l’ennemi du peuple est le pouvoir et pour  le pouvoir  faire croire au peuple que son unique ennemi est la politique ! Comme l’idéologie inverse la réalité,  pour s’en sortir de son stratagème diabolique, la double rupture, avec le pouvoir et l’islamisme s’impose comme  la solution. En réalité lors de la transition ils ont en commun le système rentier. Si les islamistes ont un projet de société, celui d’appliquer la chariaa dans l’Ouma. Le pouvoir, lui, est tenu de faire fonctionner cet Etat hybride ! Elle le demeurera tant qu’elle n’adjoint pas  la lutte contre le terrorisme avec la lutte contre l’islamisme. Comme le préconisait le fameux chef d’Etat-major Mohamed Lamari,  ce général était un patriote et s’est fait avoir par le couple Bouteflika-Toufik.  Comme quoi les généraux ne sont pas du même bord et le civil n’est pas obligatoirement une référence !

La Finance vient  d’étoffer  la banque  d’un compte courant, d’un compte cheque  et d’un compte épargne islamique.

Des antidémocrates et des islamistes liés à la finance internationale  cherchent chacun à sa façon de monopoliser ce système rentier que Bouteflika avait réussit à faire. La lutte est qualifiée par certains de guerre des clans, pour ne pas éveiller les soupçons.  Leur tactique est de  nous contenir dans la plus vieille idéologie, ce ferment  de la théocratie. Rien n’a changé jusque là.

«La plupart des responsables qui ont défilé à la tête de l’ANEP n’ont travaillé que pour leur compte, leur clique et ceux qui les ont placés. Révèle  le nouveau PDG de l’ANEP. Il précise que l’agence  « a eu à gérer un portefeuille de plus de 15 000 milliards de centimes ces 20 dernières années ». Cette information veut-elle faire croire qu’il y a un changement ? Oui, un changement  dans la forme puisqu’on a dit plus haut que la Finance a créé trois comptes islamiques.

Si nous devons tirer une seule leçon de la pandémie actuelle c’est celle de la prise en charge de la santé des populations à travers le monde. Nous constatons que là ou le privé domine le covid-19 a fait des ravages et que là ou le secteur public était développé le Covid a été contenu jusqu’à zéro victime. Et si on compare un pays capitaliste comme la France avec un pays socialiste comme le Vietnam. Il n’y a pas photo. Le Vietnam devient un exemple face aux défis actuels. Cette république est d’une démocratie populaire et non une démocratie bourgeoise comme la France. Ceux qui se prétendent démocrates devraient débattre de ces deux démocraties au lieu de nier l’autre forme. Ce qui permet au loup de s’introduire dans la bergerie, comme cela s’est fait au « Hirak ».

La santé est primordiale et nous savons que le médicament dans les pays occidentaux est devenu une affaire de sous. Tous les problèmes du professeur marseillais Raoul par exemple ont pour origine son utilisation de l’ancienne méthode de recherche  alliée à la méthode chinoise rapide contre le Covid pour l’hydroxychloroquine. Cette combinaison réactualise une ancienne molécule, un générique  et ne génère donc pas de  bénéfice comme une molécule nouvelle. Quand on sait que «  la recherche fondamentale est généralement menée par les organismes publics ou subventionnés, tandis que la recherche de traitements, forcément à base de molécules nouvelles pour pouvoir breveter, est menée par les laboratoires pharmaceutiques » privés. Ce constat et bien d’autres nous poussent forcément  à dire que la démocratie populaire est plus apte que la démocratie bourgeoise pour mieux nous protéger à l’avenir. C’est le débat qui donnera à la démocratie algérienne sa spécificité pour qu’elle sauvegarde notre peuple tout en l’encourageant à toujours plus de solidarité à l’instar de qui se fait avec le Sahara occidental et le Liban suite aux explosions  du 4 août 2020

La double explosion du mardi à  Beyrouth rappelle la bombe atomique, larguée par l’armée américaine sur Hiroshima, il y 75 ans, le 6 août 1945. Ce n’était pas un accident comme aujourd’hui à moins que cela soit des missiles comme le suppose le président libanais  Michel Aoun et dans ce cas, seul  Israël  de Netanyahou serait capable d’un acte aussi barbare pour nous rappeler celui du  Président Truman sur Hiroshima.

On remarque que les assassins prennent de plus en plus l’habitude dans de tels cas à nous faire croire qu’ils ont de la peine pour nos victimes ; aujourd’hui pour le Liban qu’ils n’ont cessé de diviser, d’affaiblir, tout en se précipitant pour le dénuder du peu d’Etat qui lui reste.

Saadeddine Kouidri

Related posts
PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur le CRN et les principaux défis à relever

PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur la presse en Algérie avec Hafid Derradji

Politique

International/ Après les Émirats arabes, c'est le Bahreïn qui normalise ses relations avec Israël

Politique

Algérie/ Dr. Said SADI : « L’islamisme est historiquement mort… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *