Politique

Algérie/ Contribution : Place de la République ou l’Agora de la confrontation des projets de société

Place de la République ou l’Agora de la confrontation des projets de société

Par Nassim Messaoudi

   Ce qui se passait ces derniers temps à la place de la République traduit une lutte féroce entre confrontation entre deux projets de société antagoniques. Dit autrement, une lutte entre « la famille qui avance » et « la famille qui recule ».  La démocratie ne peut pas être limitée à l’acte de vote. Mais plutôt c’est tout un arsenal de principes qui l’encadre en vue d’éviter de mettre à la tête d’un pays avec des pouvoirs d’un pharaon.

C’est dans cette perspective que nous devons nous inscrire si nous voudrions sérieusement mettre en place la véritable démocratie.

Dans le cas de notre pays, la transition démocratique s’impose pour faire une mutation d’un régime autoritaire voire absolutiste à un régime démocratique. C’est pendant cette phase transitoire que nous devrions mettre en place des mécanismes qui sécuriseraient la démocratie et l’État d’éventuels détournements pour installer une dictature sous une autre forme.

C’est pour cela, la double rupture représente une exigence historique pour l’Algérie. Nul ne souhaite ni reconduire un système mis en place depuis 62 qui a échoué voire « manger » ses meilleurs enfants ni laisser arriver au pouvoir les partisans de la théocratie.

Ce qui s’est passé à la place de la République comme violence exercée sur des militants de la double rupture traduit les intentions de cette mouvance intégriste. En utilisant des sans papiers pour agresser ceux qui ne veulent pas jouer le rôle « d’idiots utiles« .

Par ailleurs, nous comprenons le comportement des jeunes désœuvrés, mais le silence complice de ces démocrates de la 25 -ème heure qui se taisent de tels dérapages parce qu’ils ont signé un pacte avec le diable au nom du démocratisme débile. Toutefois, votre logique populiste voire machiavélique n’est qu’une attitude irresponsable voire criminelle qui hypothéquerait l’avenir des générations futures. En dépit de votre connivence avec l’islamisme politique, le débat sur les valeurs fondamentales et démocratiques aura lieu et que l’Algérie de demain ne peut être que celle de Abane ou elle ne sera pas…

La détermination pour l’instauration d’une république démocratique et sociale est une impérative historique. L’esprit de la Soummam est omniprésent et personne ne peut faire barrage à une dynamique historique.

Peut-on se taire devant une organisation islamiste qui a choisi de faire allégeance et être le représentant en vue de la restauration de l’empire ottoman qui a pour projet l’instauration du Califat ?  Faire de l’Algérie une simple régence en imposant leur idéologie mortifère contraire à nos valeurs. Bien sûr, ce néo-ottomanisme ne va pas s’exercer de la même façon que celui déjà vécu par le peuple algérien avant le colonialisme français.

En conclusion, la famille politique de la double rupture avance sur le terrain du débat et elle va le gagner car elle est dans le juste. Rompre avec le système et l’islamisme politique est la seule voie salvatrice pour le pays. La démocratie n’a jamais été l’acte de vote, mais toute une panoplie de règles citoyennes qui permettent au peuple d’exercer son pouvoir à travers ses représentants investis dans la construction d’un État de droit démocratique ayant pour seule source de pouvoir le peuple et la loi, loin de toute référence religieuse ou divine.

Related posts
Politique

Algérie/ Dr. Said SADI : « Le pouvoir est incapable et refuse de mettre son horloge politique à l’heure de l’Histoire »

PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur le CRN et les principaux défis à relever

PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur la presse en Algérie avec Hafid Derradji

Politique

International/ Après les Émirats arabes, c'est le Bahreïn qui normalise ses relations avec Israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *