Politique

Algérie/ Said SADI ou l’Homme de la double rupture

Said SADI ou l'Homme de la double rupture

Dr. SADI est un homme de la double rupture : vis à vis du pouvoir (militaire) et des islamistes ( la Théocratie ). Il a dédié toute sa vie pour des causes justes : l’identité amazighe, réhabiliter l’Histoire enfouie dans les décombres du mensonge, les droits de l’Homme, la démocratie, la laïcité, la citoyenneté, réinventer l’esprit de Novembre, parachever l’esprit de la lettre de la Soummam,  ….La liste est longue.

 

Said SADI est avant tout un intellectuel engagé pour des questions qui concernent sa société. Il a rompu définitivement avec le langage de bois ou populiste qui minent la scène politique algérienne. Emprisonné pour ses idées, engagé pour son projet de société. Il incarne le projet républicain et démocratique dans le pays.

 

Il a côtoyé des personnalités de divers horizons politiques et intellectuels : Mouloud Mammeri, Kateb Yacine, Tahar Djaout, Mustapha Bacha,  ….et tant d’autres éclairés. Il a écrit des ouvrages divers domaines, de la littérature amazighe ( le roman  » Askuti  »,  » Le RCD, à cœur ouvert  »,  » Culture et démocratie  »,  » Algérie, l’échec recommencé  »,  » L’Algérie, l’heure de vérité  »,  » Amirouche: une vie, deux morts, un testament  » ,  » Cherif Kheddam : Abrid iggunin, le Chemin du devoir  »,  » Révolution du 22 février, un miracle algérien  ».

 

C’est l’Homme des défis mais de sagesse. Il ne demande jamais d’entreprendre des actions que lui-même s’est interdit. Il concilie théorie et pratique, réflexion et engagement, savoir et sagesse, entre réalité et vision, entre le passé, présent, présent et futur.

 

Dr. SADI est incompris par une partie des Algériens qui n’arrive pas à décoder voire déchiffrer son langage loin du populisme. Les services ont toujours semé de la propagande pour le discréditer à chaque fois qu’il lance des projets ou soulève des questions concernant la citoyenneté et système de gouvernance en le parasitant. Le pouvoir a toute une série de batteries de procédés de propagande et de manipulation d’une population conditionnée alimentée par un discours de haine.

 

Ses interventions ou contributions suscitent à chaque fois débat voire polémique car des personnes missionnées pour le polluer. Un excellent traducteur de la réalité complexe de la politique en recourant aux expressions simples. Une sorte de théorisation de la pratique.

 

Animé d’un dynamisme au service de sa communauté et sa cité. Un véritable  » animal politique  » depuis son jeune âge qui a su changer, à un certain moment de la vie politique algérienne, le cours de l’Histoire.

 

Sa dernière intervention et contribution concernant les desseins cachés de l’organisation islamiste Rachad a bouleversé la donne politique. Il a imposé le débat sur les fondamentaux démocratiques, considérés comme relavant de l’humanisme républicain (valeurs universelles ) et non de l’idéologie.

 

Depuis le depuis de la Révolution du 22 février, Said SADI a été d’un important en matière d’alimentation d’une littérature politique. Ses écrits sur la Révolution démocratique en cours pourraient considérés comme de la théorisation de la Révolution. Il a toujours su trouver les bonnes formules pour traduire d’une manière la complexité de la situation.

 

Il est  » habité  » par l’Histoire. Ses réflexions et propositions s’inspirent des expériences vécues durant des segments de l’Histoire. C’est le cas notamment de la plateforme de la Soummam, le premier acte de naissance de l’Algérie moderne. Dr. SADI est un homme moderne, un personnage de son temps. Mais il a une vision lointaine. D’où son choix de s’inscrire dans une perspective historique. Qui ne se rappelle pas sa fameuse sentence prononcée à l’APN en s’adressant aux dirigeants de l’époque :  » À vous les hydrocarbures, à nous l’Histoire !  ».

 

Dr. SADI a choisi le chemin de vérité, la voie de l’Histoire longue et non celui du mensonge et du populisme, la voie des  » histoires  ».

Enfin pour conclure, Said SADI est intellectuel engagé qui a préféré lutter pour mener un combat libérateur des esprits en cassant plusieurs tabous, au lieu de recourir aux solutions simplistes mais dévastatrices pour les générations futures.

 

C’est une personnalité politique et intellectuelle qui pourrait jouer un rôle important pendant la période transitoire en faisant profiter le peuple algérien de son expérience en matière de mise en place de mécanismes démocratiques. Ce qui va permettre au pays d’asseoir les fondamentaux. En quelque sorte le passeur de témoin aux générations qui vont consolider la démocratie. On ne peut pas passer d’un régime autoritaire à un régime démocratique sans transition démocratique.

 

Trahi à maintes reprises par ses  » ennemis intimes ‘‘, mais il demeure debout fidèle à ses engagements. En tant qu’esprit éclairé éclaireur, SADI est condamné de continuer son combat : par sa plume et ses interventions pour construire une conscience citoyenne voire  » révolutionnaire  ».

 

                                                                                                                        Kamel Amari

Related posts
Politique

Proche-Orient/ Revirement: L’Autorité palestinienne annonce la reprise de la coordination avec Israël

Politique

USA/ Joe Biden élu président des États-Unis selon les médias américains

Politique

Algérie/ Contribution : La principale décantation politique

Politique

Algérie/ Le moudjahid Lakhdar Bouregaâ n’est plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Worth reading...
Algérie/ Contribution : Dr. SADI : « Pourquoi le vote, même libre, peut-il conduire à la dictature si cet acte éminemment citoyen n’est pas protégé par l’humanisme républicain ? »