Société

Algérie/ Coronavirus : Le syndicat des imams s’oppose à l’annulation de l’Aïd El Kebir

Le syndicat des imams s’oppose à l’annulation de l’Aïd El Kebir

En raison de la propagation de la pandémie de coronavirus dans le pays, Le sénateur Abdelouahab Benzaïm a lancé un appel, ce jeudi 2 juillet, au ministère des Affaires religieuses, lui demandant d’annuler, pour cette année, l’abattage rituel de l’Aïd el-Adha, le Syndicat national indépendant des imams et du personnel du secteur des affaires religieuses et des wakfs riposte et conteste son annulation.

En effet, selon ce qu’a rapporté le média algérien Sabq Press, Djamel Ghoul, président du Syndicat national indépendant des imams et du personnel du secteur des affaires religieuses et des wakfs, l‘appel à l’annulation du rituel sacrificiel de l’Aïd El Kebir de cette année 2020 en Algérie; et dont la raison repose sur la propagation de la pandémie du Coronavirus; serait invalide et sans fondement.

Cependant, selon ce qu’a rapporté le média Dzair Daily, le responsable du syndicat susmentionné a demandé à tous ceux qui soutiennent l’annulation du rite du sacrifice de la fête religieuse de l’Aïd El Kebir, de fournir des preuves scientifiques; révélant qu’en effet le Coronavirus serait transmissible des animaux vers les humains. « Une distinction doit être faite entre interdire les rassemblements familiaux; de peur de voir le virus se propager et l’annulation du rituel »; a commenté l’intervenant.

Scientifiquement rien n’a prouvé que ceci est l’une des raisons de la transmission et de la propagation de la contagion; a-t-il soulevé à notre source. Par ailleurs, le président du Syndicat a signalé dans ce sens que les éleveurs et vendeurs de viandes continuent d’approvisionner le marché; en fournissant tous types de viandes de bétail. Ce qui indique que l’égorgement de bétail se poursuit alors que le Coronavirus est toujours là.

Pour sa part, le membre du Comité susmentionné ; le Dr. Bekkat Berkani a supposé une éventuelle possibilité d’annuler la pratique religieuse sacrificielle; en raison des risques de dissémination de la fameuse infection. Selon lui, la réalisation du rite sacrificiel de la même manière que d’habitude; signifie une grande aventure périlleuse. Un point déjà abordé par le Sénateur Benzaim. « D’un point de vue scientifique, le sacrifice augmentera le risque de propagation du COVID-19 »; a-t-il confié.

Cependant la décision finale concernant le maintient ou non du sacrifice de l’Aïd El Kebir revient à la Commission de la Fatwa, a indiqué Berkani. « La dernière décision concernant toute action en relation avec le rite du sacrifice de l’Aïd; revient à la Commission de la Fatwa du ministère des Affaires religieuses ».

 

Related posts
Société

Amazighité/ Marie-Louise Taos Amrouche : la première à avoir posé la question berbère au monde.

Société

Amzighité/ Des berbères devenus pharaons d'Egypte : l'Histoire du Roi Chachnaq

Société

Afrique/ Plus de 4 millions de Zimbabwéens menacés par la faim

Société

Émirats Arabes Unis/ Vers l’autorisation de la consommation d’alcool et du concubinage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *