Politique

Algérie/ Contribution : Dr. Sadi ou « le déterreur de l’Histoire insoumise »

Dr. Sadi ou "le déterreur de l’Histoire insoumise"

L’un des artisans de la création du RCD le 8 et 9 février 1989 à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou est Dr. Said SADI. Après une lutte pour les libertés individuelles et collectives, les droits de l’Homme et la question identitaire, il a su comment, avec ses amis en l’occurrence Ferhat Mehenni, Mustapha Bacha et Mokrane Ait Larbi et d’acteurs du MCB, donner naissance au RCD, un parti qui s’est inscrit dans une perspective démocratique et laïque et prônant la social-démocratie.

Donc un parti de centre -gauche. Toutes les questions abordées par la révolution du 22 février ont été les préoccupations essentielles du parti et de cette génération qui a initié le combat pacifique avec le printemps berbère des années 80.

Aujourd’hui, c’est tout le peuple algérien qui revendique la rupture radicale. Celle -ci signifie qu’un autre système de gouvernance doit être mis en place en vue de rompre avec le régime jacobin qui a pour finalité de réduire au silence voire anéantir toute expression démocratique et vision d’ouverture sur le monde. Mettre fin au jacobinisme permettrait d’installer la démocratie de proximité en donnant plus de pouvoir aux régions naturelles selon la configuration du congrès de la Soummam en 1956.

Depuis que Dr. Sadi a quitté la présidence du parti en 2012, le RCD est devenu orphelin voire inaudible. C’est difficile voire impossible de trouver un cadre du parti de sa trempe. C’est délicat de trouver une personnalité politique au sein du groupe qui oscille entre la théorie et la pratique, entre la réflexion et l’action, entre la vision et la stratégie.

Même s’il est en dehors de ces luttes partisanes, mais il demeure au service de sa cité en faisant des contributions sous diverses facettes : conférences, livres, interventions médiatiques.

Dans son ouvrage intitulé sur le colonel Amirouche « une vie, deux morts, un testament », Said SADI a voulu réécrire l’Histoire de l’Algérie contemporaine falsifiée et détournée depuis toujours par les détenteurs de « la vérité absolue » et imposteurs. En universitaire que Sadi a voulu intervenir pour dépassionner le débat tout en ayant une passion au sujet le fait de vouloir retracer le parcours d’une icône de la révolution algérienne en l’occurrence Amirouche.

Un ouvrage de 443 pages, écrit avec un style sobre et suscite de multiples interrogations et questionnements de la part du lecteur quant à la gravité des actes de la part de nos « responsables » pendant la révolution et après l’indépendance. Des forfaitures ont été commises au nom du peuple algérien. Dr SADI s’est interrogé du silence assourdissant de la part des universitaires, des élites, des Historiens, des hommes politiques. Comment peuvent-ils se taire devant de tels dérapages et anathèmes.

L’auteur de « L’Algérie, l’échec recommencé » a, durant tout son récit, tenté de déchiffrer l’indéchiffrable, dire l’indicible, nommer l’innommable, avec une honnêteté intellectuelle irréprochable en signalant, dès le départ, la méthodologie suivie pour arriver à ses conclusions.

L’ouvrage se veut pédagogique vu la méthode et le style choisis. On peut comprendre pourquoi SADI a voulu avant tout réhabiliter un homme qui s’est sacrifié pour une cause sacrée : la LIBERTE. Said SADI a démontré comment une personne autodidacte (le colonel Amirouche) est devenu un homme d’Etat, un stratège de guerre, un grand communicateur, un prévoyant du devenir du pays, en un mot un grand visionnaire.

« L’Homme est la mesure de toute chose », disait Protagoras (au Vème siècle avant notre ère). Sadi a voulu écrire aussi sur l’Humanisme. Autrement dit montrer l’humanisme de la légende non seulement pour la Kabylie mais une légende nationale. En dépit de la propagande orchestrée par le colonialisme et certains cercles du pouvoir algérien, le mythe Amirouche a résisté grâce à la culture orale.

Déchiffrer le sens caché dans le sens apparent telle est la mission de l’auteur. L’œuvre se veut gnostique pour dépasser les clivages idéologiques. Un travail de recherche pointu rédigé sobrement et rigoureusement en vue d’un éclaircissement de notre Histoire détournée.

Par ailleurs, l’auteur s’est interrogé sur la nature du système algérien qui ose séquestrer ses martyrs, ses héros de la révolution. Que peut-on s’attendre d’un pouvoir qui ne respecte aucune règle morale ou éthique pour gérer le pays ? Un pouvoir sans valeurs morales a-t-il un avenir ou est-il appelé à disparaître et sombrer dans la poubelle de l’HISTOIRE.

Dr Said SADI a publié dans l’annexe de l’ouvrage une dizaine de documents dont certains sont inédits et importants. Tous les faits sont illustrés et démontrés, analysés, décortiqués minutieusement. Aucune concession n’a té faite pour y aller jusqu’au bout de son « récit analytique ».

L’ouvrage se veut un véritable éclairage de notre Histoire, notamment la période actuelle dans laquelle notre pays est confronté.

Un livre à lire absolument et à faire lire car il apportera sans aucun doute quelques éclairages dans un pays où l’obscurantisme continue d’éclairer partout dans les institutions de l’État.

Même son silence dérange !

 

Related posts
Politique

Algérie/ Dr. Said SADI : « Le pouvoir est incapable et refuse de mettre son horloge politique à l’heure de l’Histoire »

PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur le CRN et les principaux défis à relever

PolitiqueWeb TV

Emission-Digitale sur la presse en Algérie avec Hafid Derradji

Politique

International/ Après les Émirats arabes, c'est le Bahreïn qui normalise ses relations avec Israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Worth reading...
Algérie/ Contribution : Pourquoi près de 150 militants du RCD démissionnent à Tizi Ouzou ?