Sciences et Vie

Astronomie/ Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous

Astronomie/ Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous

Selon le site scientifique Futura-Sciences, Une équipe internationale de chercheurs vient de confirmer l’existence de la planète extrasolaire Proxima Centauri b avec le spectrographe Espresso installé sur le VLT. Il s’agit là des mesures les plus précises obtenues à ce jour.

 

Présentée au public le 24 août 2016, la planète Proxima Centauri b orbite autour de l’étoile la plus proche du Système solaire, située à 4,2 années-lumière seulement. À l’époque, une perturbation dans la vitesse radiale de Proxima Centauri avait été mesurée, aux frontières de la résolution des instruments de l’époque. Mais grâce au spectrographe Espresso, le plus précis jamais construit, et monté sur le VLT au Chili, les chercheurs ont enfin pu affiner leurs mesures.

 

La méthode des vitesses radiales, c’est quoi ?

Proxima b fut découverte grâce à la méthode des vitesses radiales, aussi appelée spectroscopie Doppler, consistant à identifier les variations du spectre lumineux émis par une étoile. Cette dernière possède une signature spectroscopique (une vitesse radiale) unique, nous informant sur sa masse, son orbite et sa période. Lorsqu’une planète orbite autour de l’étoile, elle cause un effet Doppler modifiant sa vitesse radiale. C’est un peu comme si vous vous trouviez devant une ambulance à l’arrêt, et qu’un piéton marchant autour du véhicule provoque des changements dans la hauteur de sa sirène, comme lorsque celle-ci approche ou s’éloigne. Les motifs de cette oscillation s’étalent sur une période égale à celle de la révolution de la planète autour de son étoile (ou du piéton autour de son ambulance).

 

Proxima b : existence confirmée

Alors qu’au moment de la découverte de Proxima b, l’instrument Harps mesurait une variation de vitesse radiale d’un mètre par seconde, Espresso, lui, a su fournir aux astronomes une résolution quatre fois meilleure, de 30 cm/s. « Il était capital de confirmer l’existence de Proxima b, explique Jonay González Hernández, coauteur de l’étude, parue dans la revue Astronomy & Astrophysics. C’est l’une des planètes les plus intéressantes dans le voisinage de notre Soleil. Sa masse, similaire à celle de la Terre, le fait qu’elle pourrait abriter de la vie, et sa proximité, en font un candidat idéal dans la recherche de biomarqueurs avec la prochaine génération de télescopes ». Un second signal a été identifié par le spectrographe, dont la nature demeure encore à déterminer. S’il s’agit bien d’une planète, celle-ci pourrait avoir une masse 3 fois inférieure à celle de la Terre.

 

Nouvelles exoplanètes à l’horizon

Fruit d’années de collaboration internationale, Espresso est entré en service au VLT en 2018. En alliant la haute précision du spectrographe à la capacité du géant VLT à collecter la lumière, les chercheurs ont bon espoir d’être sur la voie d’une nouvelle vague d’exploration exoplanétaire. « Espresso a démontré qu’il est capable de faire bien mieux que les spectrographes précédents, commente Alejandro Suárez Mascareño, auteur principal de l’étude. Un nouveau scénario est en train de s’ouvrir. Jusqu’à présent, nous avons été limités à la découverte de planètes d’une masse plusieurs fois supérieure à celle de la Terre, ou, à la limite, de la masse d’une Terre, orbitant autour d’étoiles froides. Avec Espresso, ces contraintes sont levées ».

Related posts
Sciences et Vie

Sciences/ Un nouvel océan va apparaître sur la Terre

Sciences et Vie

En Russie/ Découverte d'une tête de loup géant datant de 40 000 ans

Sciences et VieWeb TV

Émission-Digitale/ Passage du Dr.HERKAT et du Dr.HAMOUDI sur Tazzuri

Sciences et Vie

Santé/ Une nouvelle pneumonie plus mortelle que le Covid-19 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *