Politique

Algérie/ Contribution : Réconciliateurs, éradicateurs, que de titres !

Par Réda Boudraâ. 

Durant les années 90, l’islamisme armé avait décidé de prendre le pouvoir par la force en usant de violence, de meurtres, d’exaction contre la population civile qui ne s’était pas ralliée à sa doctrine sanguinaire.

Le système qui était et reste la source des maux que traversait notre pays à compris , dès l’éclatement des évènements d’octobre 1988 , que sa survie passe par l’encouragement de l’islamisme radical contre les aspirations a la liberté et a la démocratie de l’immense majorité du peuple. La situation international e aidant ( montée de l’islamisme radicale), le pouvoir a réussi à se présenter comme le moindre mal devant des hordes d’un autre âge qui voulaient régenter par la violence la vie de chaque individu.

 

Bien que n’ayant pas pris part directement dans ce conflit qui était imposé au pays et qui en réalité était une guerre civile, j’avais consciemment choisis mon camp, celui de l’Algérie qui avance.

Nous avions à l’époque et chacun à sa manière combattu l’hydre obscurantiste qui en réalité n’était que la conséquence d’un système corrompu et corrupteur qui avait fait le lit du terrorisme via des lois scélérates à l’image de la loi de la famille votée en 1984 par un parlement FLN et d’un système éducatif pourvoyeur de de ‘soldats d’allah’

 

l’islamisme armé a été vaincu et ce grâce au peuple qui a su faire tomber les murs de la peur et lui faire changer de camp.

L’islamisme politique, lui par contre a été nourri par le système, plus encore sous L’ére Bouteflika dans un partage des taches et de la rente contre la liberté et la souveraineté du peuple.

 

Bouteflika est tombé, le système est encore là.

À mon avis, avec l’âge et la sagesse qui s’en suit, l’arborescence du mal doit être déracinée.

C’est les causes et non les conséquences qu’il faut éradiquer.

Le système est la source de tout nos maux.

 

À ceux qui veulent surfer sur cette vague; que vous soyez à l’étranger ou dans des visites que vous dites privées, sachez que le peuple n’est plus dupe.

Nous sommes en 2020, la donne islamiste qui est toujours là n’est plus la même au plan international et chez nous en raison précisément des années 90. Notre responsabilité est d’aider la révolution pacifique antisytsémique au lieu de multiplier la division dans ses rangs. Rechauffer de tels clivages dans se moment précis ne sert qu’à replongés malgré nous dans un débat d’arrière garde qui participe du sauvetage du système.

Il est clair que l’islamisme politique joue son va-tout et veut se repositionner au profit d’une rue en effervescence et divisée.

 

Sommes nous pour autant naïfs ?

 

La réponse est clairement non.

Cependant il faudra classifier et prioriser nos objectifs. Comme des millions d’algériens, le credo système Dégage est un cri salvateur et dans ce système l’empreinte islamiste y est.

 

Vouloir nous redescendre dans l’arène de l’affrontement idéologique est la meilleure des manières à mon sens d’étouffer ce formidable élan populaire pour se réapproprier notre patrie est le plus beau cadeau que nous puissions faire à un système moribond.

 

La donne islamiste bon gré mal gré existe, comme nous existons dans le courant progressiste et laïc.

La compétition post-système portera sur les idées, le programme et la refondation nationale via des mécanismes démocratique s de gouvernance et qui rehabilitent les regions et la citoyenneté.

 

Pour le moment, personne ou qui que ce soit ne peut dicter sa ligne de conduite à la révolution du sourire, elle ne peut être que le produit d’une entente pour mettre en place les mécanismes de l’expression de la souveraineté du peuple. toute tentative d’imposition idéologique se verra balayer par le revers d’une marche.

 

En attendant ce jour, concentrons-nous sur l’essentiel et ne nous perdons pas dans les détails, commençons par libérer l’Algérie des tentacules du système.

 

L’instauration d’une république démocratique et sociale telle que rêvée par les pères fondateurs de la nation lors du congrès de la Soummam, est la solution idoine pour le bien-être de tous les concitoyens de ce beau pays. Avec son instauration, le mal sera vaincu à la source et l’Algérie ainsi que son peuple goûteront enfin à la Liberté tant espérée.

 

Réda Boudraâ, élu APW RCD de Bejaia.

Related posts
PolitiqueWeb TV

Algérie/ Politique: Lyes RAHMANI sera notre invité ce samedi à 20h30 sur Facebook

Politique

Algérie/ Contribution : A la source du mouvement citoyen

Politique

Algérie/ Contribution : Le confinement, une erreur aléatoire

Politique

Corée du Nord/ Annoncé pour Mort, le président Kim Jong Un sort de sa réserve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *