Politique

Algérie / La forme du « Hirak » s’anoblie chaque semaine

Si le hirak est révolutionnaire dans le fond, il reste malléable dans sa forme. Si le fond est dans la présence des citoyens algériens qui revendiquent le changement, la forme elle, est malaxée par les minorités qui tentent de lui donner sa couleur.

 

Pour nous entendre il faut rappeler que la îssaba n’est qu’un maillon du libéralisme affilié au système capitaliste mondial. Poursuivre dans ce système comme le préconisent certains ne peut que nous maintenir dans le 5e mandat. Revenir au socialisme spécifique de la pensée unique serait un non sens. Seul l’accompagnement du mouvement citoyen peut converger vers un nouveau paradigme.

 

L’Algérie par sa richesse en hydrocarbure et par son manque de production dans plusieurs domaines vitaux, exporte du gaz et du pétrole pour importer de multiples produits. On peut à ce seul constat déduire que notre pays ne peut jouer aucun rôle majeur dans ce monde régit par le système capitaliste dit libéral.

 

Coller l’échec de tout un pays à un seul homme, ne fait que le rehausser dans les esprits inconscients et dans sa classe, celle des rapaces. Et d’autre part, ce n’est ni plus ni moins qu’une tentative de disculper pour une énième façon le vrai responsable qui est en l’occurrence le mécanisme du système capitaliste dont il n’est qu’un rouage.

 

Il faut rappeler qu’il existe des riches plus riches qu’une nation qui appauvrissent de plus en plus les hommes et mettent en danger la planète. C’est la conséquence de ce système dominant le monde dont le moteur a toujours été le profit. A ce sujet Marx écrivait « Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime ». Karl Marx (1818-1883). La question est donc : comment rester dans le bénéfice raisonnable dans le cas où on est incapable d’aller vers un nouveau paradigme, c’est-à-dire dans le cas ou la convergence dévie ?

 

La révolution est le plus souvent une accélération et parfois, juste, une mise à jour de l’histoire des peuples. Elle est nécessaire tant que les pratiques barbares, les guerres ou le fait de ne pas secourir des naufragés ne sont pas condamnées à la fois par les instances internationales et tous les citoyens du monde.

 

La révolution est ce qui met le mouvement naturel à la cadence de l’humain, aux desiderata des peuples. La cadence du mouvement est mue par le mécanisme du moteur de la sélection naturelle. Il faut rappeler que si cette sélection était initialement pour l’élimination du plus faible, il y a des millions d’années ; elle s’est transformée au court du temps, crescendo en puissance protectrice grâce aux instincts sociaux et en premier celui de l’instinct maternel. La sélection naturelle est un mécanisme régulateur du vivant qui favorise le développement de la conscience et de la lucidité, laquelle évidemment ne peut que s’éloigner de la cécité et de l’indifférence selon Darwin.

 

Yacine Kateb rappelait qu’une rotation de la terre était qualifiée de révolution. C’était sa façon de défier la réaction, pour lui dire que face à un tel mécanisme de la nature, l’homme qu’elle que soit sa puissance ne peut l’entraver. Une façon de dire à l’ennemi du peuple « diz m’aâhoum »

 

Pourquoi que M.Ali Belhadj président du FIS dissous est en liberté alors qu’il enfreint la loi en étant président d’un parti illégale, alors que les jeunes manifestants le sont pour délit d’opinion. Quelle est cette opinion M. le Ministre de la Justice qui mène vers la prison ? Peut-il exister une autre plus dangereuse que celle qui a fait plus de 100 000 morts et les blessés sans compter si ce n’est celle qui se sert de la religion pour corrompre la conscience et particulièrement celle des jeunes jusqu’à les mener au terrorisme, au banditisme, à la harga…

 

Ali Ghédiri est-il en prison pour avoir affirmé qu’il connaissait le secret de la triche aux élections et qu’il avait la solution à ce problème ou est ce pour avoir porté la contradiction dans la presse au manitou de sa corporation ? Dans les deux cas il est en prison pour délit d’opinion c’est le moins que l’on puisse dire. Tous les détenus pour délit d’opinion doivent être relâchés comme l’exige le Hirak pour pouvoir mieux débattre.

 

Le projet de société ne fait toujours pas l’unanimité à ce jour et c’est pour cela que le débat dans cette agora populaire doit durer jusqu’à faire accepter par tous, cette liberté qui permet l’égalité dans le moindre recoin et jusqu’au fin fond du pays irréversiblement.

 

Je dois dire à l’occasion de la grande offensive contre la cause palestinienne, à ceux et celles qui ne soutiennent pas cette cause ; qu’ils doivent se rendre compte qu’ils sont du côté des hommes du pouvoir de ce monde capitaliste dirigé principalement par Trump qui pour sa réélection fait appel aux chrétiens évangélistes. Il faut toujours rappeler que ces évangélistes ont pour capitale spirituelle Jérusalem pour comprendre pourquoi leur puissant lobby porte à bras le corps Netanyahu qui fait de l’Etat d’Israël cet autre E.I un Etat juif.

 

On apprend que le soudanais Abdel Fattah Al Burham rejoint cette cohorte anti palestinienne contre l’opinion publique mondiale ! Et dire que le premier signe de la civilisation est dans la sympathie envers l’autre. A défaut, les causes justes méritent au moins notre sympathie.

Saadeddine Kouidri

Related posts
Politique

Contribution : Quand l’abus de répression engendre l’immixtion extérieure !

Politique

Proche-Orient/ Revirement: L’Autorité palestinienne annonce la reprise de la coordination avec Israël

Politique

USA/ Joe Biden élu président des États-Unis selon les médias américains

Politique

Algérie/ Contribution : La principale décantation politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *