Politique

Algérie/ L’enjeu du douze-douze

L’enjeu du douze-douze

Par Hend Sadi.

Soulignons d’abord la sidérante irresponsabilité qu’il y a à organiser un scrutin contre son peuple alors que celui-ci le rejette toujours et encore depuis 42 longues semaines.
Seul objectif pris en considération par le commandement militaire : le sauvetage de la caste au pouvoir. Ignorant cette irresponsabilité, les partisans du « système » banalisent l’opération qu’ils présentent comme une « élection » ordinaire, une évidence démocratique. Bref, une simple question de liberté d’expression.
« Que chacun exprime librement son opinion. Vote qui veut et ne vote pas qui veut. Vous vous dites démocrates, n’est-ce là pas l’essence même de la démocratie, nous disent-ils ? »
Faisons de la pédagogie et reprenons les faits depuis le début.
1. Dans la forme
L’opération relève d’une procédure démocratique étrange. Décidée et annoncée par le chef de l’état-major depuis une caserne, elle est conduite par un gouvernement illégal depuis le 9 juillet. La représentativité des cinq candidats est à l’image de cette procédure, c’est-à-dire limitée au périmètre du premier cercle de la caste dirigeante. Tous les candidats appartiennent à l’ancien système décrié par les Algériens. Deux d’entre eux ont été ministres de Bouteflika et deux autres ses premiers ministres.
Les rares meetings qui ont eu lieu ont été tenus à la sauvette sous haute protection policière devant un public trié sur le volet avec parfois un accès réservé aux seuls invités, comme s’il s’agissait d’élire un président de club. Le problème est que Mihoubi coopté par la seule caste sera le président de tous les Algériens si nous laissons faire.
Ouvertement mensongers, les comptes-rendus donnés par la télévision publique préfigurent l’étendue de la fraude qui se prépare.
Enfin, et ce n’est pas la moindre des choses, comment oser parler de liberté, de démocratie quand l’opération se déroule avec des prisons pleines de détenus d’opinion, enfermés sur simple injonction du chef de l’état-major. Le tout agrémenté d’insultes proférées à la volée par les membres du gouvernement à l’endroit du peuple qui se rebelle, à l’instar du ministre de l’intérieur qui vient de s’illustrer dans ce domaine par une saillie particulièrement remarquée.
2. Sur les soutiens et alliés
Sans base populaire aucune, sans plan B ni perspective de salut, la caste au pouvoir se raccroche à tout ce qui se présente à elle : des chefs terroristes non repentis (à l’image de Madani Mezrag, l’ancien chef de l’AIS avec à ses côtés des islamistes qui après avoir tenté d’infiltrer les manifestants appellent toute honte bue à voter pour sauver « de la ruine et de la destruction » le pays et la religion menacés par le boycott). Ce sont ces assassins qui forment la « base démocratique » de cette opération.
3. L’objectif politique visé est clairement la régénération du système.
• Conclusion
Aucune des conditions qui fondent une élection démocratique n’est vérifiée. Il ne s’agit donc nullement d’une élection. Cette opération en est la négation même puisqu’elle vise à étouffer la volonté populaire pour imposer celle la caste.
On est loin d’un débat d’opinion. Il s’agit d’un guet-apens contre la Révolution en cours. Comme ils n’ont plus la force de l’assumer par un putsch, ils le maquille par un scrutin. Mais c’est bien d’un hold-up contre l’espérance démocratique de 2019 dont il est question, d’un deuxième rapt comme celui qu’ils ont commis en 1962 lorsqu’ils ont confisqué l’Indépendance.
Mais cette fois, le peuple ne se laissera pas faire. Unis et déterminés à poursuivre notre combat pacifique, nous vaincrons les derniers résidus de ce système, source de nos communs malheurs.

12 Décembre 2019



Suivez Tazzuri sur FacebookInstagram et sur Twitter

Et n’hésitez pas d’interagir avec nous, en nous laissant des jaimes et des commentaires 

N’oubliez pas de partager avec vos amis

Related posts
Politique

Algérie/ Contribution : A la source du mouvement citoyen

Politique

Algérie/ Contribution : Le confinement, une erreur aléatoire

Politique

Corée du Nord/ Annoncé pour Mort, le président Kim Jong Un sort de sa réserve

Politique

Libye/ Le maréchal Khalifa Haftar annonce le transfert du pouvoir à l’armée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *